Fast & Fresh – Le Blog Stratégie des Usages

Doser l'innovation et l'UX

Innovation et UX : comment doser la nouveauté dans les produits ?

La Psychologie peut-elle nous aider à comprendre les relations entre innovation et UX ? Comment les deux interagissent-elles ? Comment s’influencent-elles respectivement ? Pour comprendre le lien entre innovation et ux, examinons l’un des aspects des travaux de Jean Piaget.

1- Que savez-vous de Jean Piaget ?

  •  Probablement pas grand chose. En effet, Jean Piaget est un grand monsieur qui, s’il a largement influencé les champs de la Psychologie et de la Pédagogie, est néanmoins demeuré très discret et donc forcément mal connu du grand public. Certains le confondent avec Le Corbusier : tous deux portaient de grosses lunettes cerclées noires.
  • Mais si les Psychologues et les chercheurs en Sciences Humaines le prisent, c’est notamment pour ses excellents travaux en épistémologie génétique, c’est à dire l’étude de la construction de l’intelligence. Pour prendre une métaphore informatique, l’objectif de Piaget était de comprendre comment le système humain “boote”. En clair, comment les individus sont-ils capables de passer d’une explosion de cellules foetales en plein bouillonnement mitotique à une intelligence organisée capable de philosophie, d’arithmétique et de penser le monde ? C’est notamment la raison pour laquelle Piaget à longtemps travaillé sur la notion de stades de développement.

2 – Ce qu’il vous faut savoir :

  • Ce n’est pas Piaget qui a ouvert ce champ d’investigations. D’autres avant lui creusaient le problème depuis la fin du XIXème siècle. Parmi lesquels ses maîtres à penser, Alfred Binet, Théodore Simon et Edouard Claparède dont Piaget a brillamment continué les travaux.
  • Jean Piaget s’est cependant appuyé sur des paradigmes nouveaux : largement influencé par les travaux du philosophe évolutionniste Herbert Spencer.
  • Piaget a pensé l’intelligence comme une mécanique relativement simple, appuyée sur un ressort central : l’adaptation. En effet, plutôt que de se laisser flouer par la diversité des productions cérébrales, Piaget cherchait un organisateur central, un dénominateur commun, une cause commune qui pourrait rendre compte de la multitude des expressions humaines. Et pour lui, ce ressort est un système de balancier.

3 – Ce que vous devez comprendre :

  • Comment l’adaptation (cérébrale) fonctionne-t-elle ? Pour Piaget, l’affrontement par un humain d’une situation nouvelle balance entre deux options.
  • Option 1 – Les individus peuvent assimiler la situation nouvelle qu’ils rencontrent à une situation de référence. Par exemple, si vous additionnez 14+4, vous pouvez vous appuyer sur une connaissance préalable – additionner 4+4 – pour résoudre le problème.
  • Option 2 – Se référer à une situation connue (ou schème) pour résoudre le problème ne suffit pas. Les règles de fonctionnement du problème ne sont plus les mêmes. Dans ce cas, les individus vont devoir mettre à jour leur connaissance, ils vont devoir s’accommoder du nouveau problème, ils vont devoir inventer un nouveau mode de résolution, un nouveau schème qui va à son tour devenir une situation de référence. Cette révision des règles précédentes pouvant être totale ou partielle.

4 – Quelques précisions sur l’adaptation :

  • Pour Piaget -mais on retrouve ces considérations chez d’autres auteurs en Psychologie et en Pscyhanalyse- l’adaptation n’est pas une évidence. Ainsi, lorsque les enfants ne sont pas suffisamment matures en termes de développement cognitif, certains stades demeurent inaccessibles.
  • Quoique vous fassiez pour leur apprendre les connaissances suivantes, ils butent dans la vitre sans parvenir à se saisir des données nouvelles. Comme si la modélisation était impossible ou en tout cas pas une évidence. incapables d’avancer, les enfants régressent alors au stade précédent voire à des stades antérieurs qu’ils maîtrisaient et sur lesquels ils se sentent le pied ferme.

5 – Quel est le lien à l’innovation ? 

  • Le lien à l’innovation se situe sur un point que Platon avait instinctivement saisi quand à la connaissance humaine. Dans l’allégorie de la caverne, Platon rappelle “Si tu présentes la vérité aux gens trop abruptement, ils ne comprendront pas, ils te prendrons pour un fou, ils essaieront de te tuer”. La grande leçon de Platon et Piaget, est en effet, que l’innovation est une forme de violence.
  • Vous forcez les gens à sortir de leur zone de confort et de leurs habitudes, vous leur faites perdre l’équilibre, vous les mettez face au vide. Et ils ne vont pas forcément apprécier. L’innovation et l’UX peuvent être antagonistes ou complémentaires et il faut savoir doser le rapport innovation et UX.

6 – Innovation et UX : ce qu’il vous faut retenir :

  • Pour vous, l’innovation, c’est une grande idée, c’est une belle idée, c’est vote bébé, c’est une nouveauté merveilleuse.
  • Pour les gens, si la compréhension ne s’est pas faite du premier coup, la nouveauté, c’est de l’effroi, du changement d’habitude, de l’inquiétant, de l’incompréhensible ou voire pire, du risible.
  • Pour préserver le lien innovation et ux, il est donc particulièrement important que les gens soient prêts ou que vous les prépariez au changement. C’est le grand problème des avant-gardistes et des produits lancés trop tôt quand le marché n’est pas pensé, pas mûr, pas sur le point d’éclore.
  • Et cette considération est d’autant plus stratégique lorsque des rentes ou bien des privilèges cristallisent  rendent la transformation plus compliquée. Les gens, ayant peur de tout perdre, vont diminuer la liquidité du changement pour amener à la cassure.
  • Et puis, des fois, il faut du temps pour comprendre : il faut revoir un film 20 fois, avoir changé de vie ou prendre l’avis d’un ami pour le saisir enfin. Ma conclusion serait donc : ne projetez pas votre enthousiasme. Ce n’est pas parce que votre innovation est incroyable à vos yeux -et peut-être l’est-elle réellement- que les gens sont à mêmes de s’en saisir.

Conclusion :

Si la révolution radicale est pour les utilisateurs comme un deuil à soi-même, un renoncement complet de ce dont on a l’habitude et de ce qu’on est, une petite mort, peut-être est-ce là la raison pour laquelle l’humanité préfère les petites corrections et les évolutions mineures aux transformations plus radicales.

Il en va de même dans les relations innovation et ux : changez, mais changes en douceur ou bien si le changement est important, veillez-bien à ce que le bénéfice soit si élevé que les utilisateurs soient d’emblée vos partisans

Des questions ? Contactez-nous

Olivier est le directeur de l’agence de Recherche Utilisateur & Stratégie Utilisateur Fast & Fresh. Spécialiste en comportement consommateur, il travaille avec le laboratoire de Psychologie de Montpellier 3 pour aider les marques à comprendre leurs utilisateurs et à construire de vraies relations de marques et d’entre-aide. Pas de neuromarketing chez Fast & Fresh, nous ne pensons pas que brutaliser vos utilisateurs pour vendre des produits soit la bonne solution.

BusinessDigitalE-commerceGrowth hackinginnovationInnovation et uxMarquesPiagetPsychologieRelation de marqueStratégieUser experienceUXUx design

Olivier Mokaddem • 26 octobre 2015


Previous Post

Next Post