Fast & Fresh – Le Blog Stratégie des Usages

User Research vous achetez de la contrefaçon Fast & Fresh

User research : vous achetez de la contrefaçon !

Le propos est audacieux mais il mérite d’être tenu. Il en va de la déontologie de la profession. Cela fait des années qu’une omerta pèse sur les méthodes de recherche des agences de conseil : personne n’ose rien dire, ou seulement à bas bruit, par peur de casser le marché ou de se faire donner le bâton. Mais qu’en est-il réellement de la User Research ?

Mais les scientifiques que nous sommes -Psychologues, Sociologues et Ethnologues- rongent leur frein en constatant chaque jour le niveau réel des prestations de User Research qui sont vendues aux clients et que ceux-ci achètent les yeux fermés par manque d’information. Force est de constater que l’on vend aujourd’hui à une multitude d’entreprises des prestations qui relèvent purement et simplement de la contrefaçon : c’est à dire qu’on leur fait payer très cher des études consommateurs qui s’effilocheront aussi rapidement que de faux sacs Gucci achetés à la sauvette. Laissant de facto les décideurs avec, entre les mains, du vide stratégique et de fausses données marché.

Première infraction : vendre des compétences qu’on n’a pas, c’est de la publicité mensongère

Cela va bientôt faire 20 ans que je suis Psychologue et cela fait environ 15 ans que je travaille avec toutes sorte d’agences censées faire des enquêtes et de la recherche. Agences de conseil, agences d’UX, agences de User Research, agences de publicité, agences digitales 360 et autres joyeusetés. Que ce soit en freelance au début de ma carrière puis en tant qu’employé plus tard ou bien à travers Fast & Fresh, aujourd’hui, lorsque je croise mes concurrents chez certains de mes clients.

La chose qui nous hérisse le poil, en tant que scientifiques, c’est de voir affiché très souvent au fronton de l’ensemble de ces prestataires la mention : “Nos sociologues mènent des enquêtes psychologiques et ethnographiques”.

NON. Dans la plupart des cas que nous constatons sur le marché, il n’y a en réalité aucun Psychologue, aucun Sociologue et encore moins d’Ethnologue dans les structures qui se parent de ce laurier.

Mais bon, nous sommes sur un marché où il n’y a pas mort d’homme : on n’a jamais vu un site internet tuer qui que ce soit. On ne fait pas des avions et des voitures après tout : alors à quoi bon vérifier la qualité des prestations ? Les clients n’y voient que du feu et ils sont contents d’acheter des données pour se rassurer. Tout est bien qui finit bien.

Seconde infraction : usurper un titre protégé, c’est illégal

Le plus souvent, ce que le client achète, ce sont des “User Researchers” qui sont de pauvres stagiaires en graphisme ou en UX qu’on a bombardé “chercheurs” alors même que leur seul fait d’arme est d’avoir fait passer quelques tests utilisateurs sans les comprendre.

Pourtant, on vend ces “User Researchers” comme des Psychologues alors même que les titres de Psychologue, de Sociologue et d’Ethnologues sont des titres protégés qui correspondent à des diplômes universitaires.

Alors certes, nous vivons dans un monde où tout va très vite et où on nous explique de plus en plus que les diplômes sont des freins et qu’on peut s’en passer. Et bien de mon coté, je préfère voir l’université former des étudiants pendant 5 ans. Pas pour freiner les choses mais parce que le temps est le prix de la qualité : pour comprendre toute la profondeur de concepts complexes en Psychologie et pour savoir construire des protocoles de tests valides qui vous donnent des résultats fiables, il faut 5 ans d’études.

Malheureusement, le marché n’est pas régulé et on voit fleurir partout des spécialistes en “User Research” qui ont autant d’étoffe que des coachs en développement personnel et dont la formation se résume à avoir lu “Guérir ses émotions par les plantes” sur un banc de la fnac.

Troisième infraction : tromper le client sur la qualité de la marchandise en parasitant une autre marque, c’est de la contrefaçon

Parce qu’en définitive, faire croire qu’on a des Psychologues et des Sociologues dans l’arrière cuisine ou bien inventer une profession fictive de “User Research” comme si elle relevait d’un diplôme et d’une vraie compétence, ça sert ni plus ni moins qu’à tromper le client sur la marchandise en lui faisant penser qu’il va obtenir de la recherche de qualité. Alors que ce qu’il va obtenir, c’est juste un faux sac Gucci dont les anses vont casser au bout de deux jours mais bon, le vendeur lui ne sera déjà plus là pour assumer les conséquences.

Ce qu’on vous vend, donc, chers clients quand on vous vend de la “User Research” avec des gens qui tombent de l’arbre, sans formation aucune en Psychologie, en Sociologie ou bien en Ethnologie, c’est une fausse prestation.

Dans la pratique, employer un spécialiste en User Research sans diplôme, c’est comme si vous embauchiez un faux médecin qui vous prescrivait un doliprane que vous ayez un mal de tête ou bien un cancer en phase terminale. Ça ne vous sera pas d’une grande utilité pour votre compréhension du marché et ça plantera à coup sûr votre stratégie avec des données et des interprétations erronées.

Bon appétit à vous !

ContrefaçonEtude quali

Olivier Mokaddem • 7 octobre 2019


Previous Post

Next Post